Zen Road
Zen Road
13.jpg
  • english
  • deutsch
  • français


Une question d’esprit

entretien avec Philippe Coupey, moine zen

Beaucoup d’images et de concepts sur le zen sont actuellement dans l’œil du public — ce n’est plus quelque chose d’inconnu. Nous voyons le zen en rapport avec l’esthétique et le design ; un parfum est sorti avec le nom « Zen » ; des produits bien connus sont vendus avec l’image d’un moine zen avec crâne rasé et rakusu... Alors, quel est le sujet du zen ?  Lire la suite...
 

phc-group-zz-gendroVoyage au centre de la terre

La posture de zazen

est au cœur

de la pratique du zen

— et beaucoup plus

 

par Philippe Coupey

 

Lire la suite

 

Le printemps ne devient pas l'été

Pourquoi pratiquer dans la vie quotidienne ? par Bertrand Schütz

springtime1Il se trouve qu’il y a quelque temps j’ai assisté à Hambourg à une table ronde à l’occasion d’une exposition sur des crimes commis sous la dictature nazie.

Le débat portait sur des questions d’éthique : Comment se comporter dans certaines situations ? Y a-t-il des règles de conduite, des directives de comportement ?

Un des participants a dit alors : « On peut distinguer deux sortes de problèmes. Ceux auxquels on peut trouver une solution, ce sont finalement des problèmes techniques. Et il y a les problèmes insolubles. Et face à ces problèmes-là on ne peut que développer une attitude. »

Lire la suite

 

La méthode de la non-méthode

Courte histoire des transformations de la pratique et de l'enseignement au gré de leur voyage de l'inde au Japon.

par Dokai Bernard Poirier

Sanddorn-auf-der-Gnitz

Après la mort de Shakyamuni, a lieu un concile réunissant les plus anciens disciples, durant lequel le contenu de l’enseignement (Dharma) et les règles de conduite des moines (Sila) sont formellement arrêtés. Les états et les régents soutiennent la communauté bouddhiste et lui construisent des monastères généreusement pourvus en dons de toutes sortes par les autorités et la population.

 

Les moines tendent de plus en plus à s’installer à demeure dans ces monastères, et délaissent progressivement la vie nomade préconisée par le Bouddha. Un siècle et demi après la mort de son fondateur, la communauté se divise en deux courants, chacun donnant par la suite naissance à plusieurs écoles d’interprétation.

Lire la suite...

 

The world gets the kyosaku - every morning before breakfast (drawing by Alain Nahmias)Le Bouddha utilisait-il le kyosaku?

Si non, pourquoi le faisons-nous?

par Philippe Coupey

Eh bien, Bouddha n’était pas contre, si c’est ce que vous voulez dire, mais nous ne savons pas s’il utilisait effectivement lui-même le bâton pendant la méditation. En tout cas, le bâton existait du temps de Shakyamuni et il y a de bonnes raisons de croire qu’il l’utilisait.

Lire la suite

 

The world gets the kyosaku - every morning before breakfast (dessin par A. Nahmias)

 


 

Impressionner l’esprit

Échange "zen et inconscient"

[Photographie de pus de l’appendice humain, sous le microscope]

Les textes suivants retracent un échange entre Philippe Coupey et certains de ses disciples, qui a commencé par un kusen donné au printemps 2005. Même si le sujet est manifestement le zen et l’inconscient, l’enseignement, les réponses qu’il a provoquées, et les réactions du maître qui en ont résultés vont bien au-delà du thème original. Lire la suite

 

 

Contes de l’asile : Qui est normal ?

par Florence Avenel, nun-zen et infirmière dans un hôpital psychiatrique
[Le Dino, visage menaçant aux traits épais et peau grêlée]

Un jour de sesshin, Philippe [Coupey], me regardant manger, me dit : « on dirait que tu n’es pas très normal… », me comparant à Eric, pratiquant schizophrène qui mangeait à la table à coté.

Qu’est ce qui est normal ?!… Et voilà que me viennent à l’esprit, et le ‘Dino’, et Charly et les autres…

Par exemple, savez-vous qui est ‘le Dino’ ? Lire la suite...

 

 

Le Zen, la science & l’objet

par Paul Pichaureau

Jet d’électron dans un champ magnétiqueL’erreur de la séparation du sujet et de l’objet, la vanité de la recherche d’une compréhension purement intellectuelle du monde ont toujours été au centre de l’enseignement bouddhiste. Aujourd’hui, la Science moderne rejoint de façon surprenante et spectaculaire les intuitions du Bouddha. lire la suite...

 

 

ikebana-zazen1Zazen ikebana...

...ikebana zazen

par Bernadette Turpin
De la fleur tournée entre les doigts du Bouddha à la fleur surgissant du rocher,
il m'a suffi de suivre ce chemin pour rencontrer la pratique de l'art floral japonais : l'ikebana. Lire la suite...
 

Vive la mort !

par Guy Faure

Qui n’a vu ou entendu une émission de télé ou de radio, lu un article dans un journal ou magazine, sur les recherches scientifiques actuelles portant sur le vieillissement et la mort ?

être ici, peinture de Guy FaurePersonnellement, c’est devant un programme de la chaîne National Geographic que j’y fus confronté pour la première fois… Consternation…

Oui, quelle ne fut pas ma consternation devant la perspective d’un être humain génétiquement modifié capable de défier la mort, d’une personne au corps rempli de nano-robots qui resterait en parfaite santé pendant des siècles. Restaurer nos vaisseaux, détruire les cellules cancéreuses, éliminer les graisses, rafistoler les organes. Vivre et vivre des centaines d’années, plus de maladies, un corps parfait.

J’aime la vie, alors pourquoi n’ai-je pas versé quelques larmes de joie devant les promesses d’un avenir si scintillant ? Ou même divin ? lire la suite...

 



 

Et vous restez comme ça combien de temps ?

Une rencontre sur la pratique du zen

Clairelise : Je compte sur le public pour poser des questions… Toutefois pour donner le coup d’envoi : quelqu’un peut-il nous parler de cette relation maître-disciple qui est un petit peu étrangère à notre façon de voir les choses quand on ne pratique pas le zen ?

 

Christian : C’est une relation qu’on ne comprend pas bien en Occident parce qu’on imagine toujours une relation supérieur-inférieur, celui qui sait — celui qui ne sait pas. Or, il n’y a pas grand-chose de ça dans cette véritable relation. Il y a une rencontre de deux personnes qui toutes les deux sont sur leur chemin de vie, de pratique. Et tout d’un coup, il y a effectivement confrontation, échange sur la chose essentielle qui nous fait vivre. Dans cette confrontation il y a un respect mutuel, la reconnaissance qu’ils partagent quelque chose d’essentiel et que l’un peut aider l’autre. Quand on pratique face au mur, on est seul à seul, et beaucoup de personnes en concluent qu’elles peuvent le faire chez elles. Moi je dis non, qu’on ne peut pas faire ça tout seul, parce que justement dans ce cas, on s’enferme dans une coque. Et le maître est là pour vous aider à vous sortir de cette coque. Le maître a été lui-même un jour disciple et reste toujours disciple. lire la suite...

 

La pratique essentielle de l’assise

une soirée avec Philippe Coupey, moine zen

 

Il y a quarante ans… une invitation

entretien avec Daniel Guétault, un des premiers disciples de Maître Taisen Deshimaru, avril 2003
[Photo of the Guétault family with Master Deshimaru in front of a cottage in the country]

Au milieu des années soixante, Daniel Guétault suivait Georges Ohsawa, le fondateur de la Macrobiotique. Durant un voyage au Japon où il assistait à une conférence, il rencontra un moine zen japonais qu’il allait plus tard inviter en France et devait changer — ou plutôt commencer — l’histoire du zen en Europe. C’était il y a quarante ans ce juillet.

Monsieur Guétault représente le groupe des « pionniers » : il devint le premier disciple de Maître Taisen Deshimaru ; il reçut les premiers rakusu, « certificat » zen et kyosaku ; concocta la toute première genmai sur le Continent ; et ouvrit le premier dojo en 1967, à Tours où il réside encore aujourd’hui. Il a été interviewé par Luc Boussard et Marie Maurin, également disciples de Deshimaru, en avril 2003. Lire la suite...

 

Tremblay-sur-Mauldre

par Guy Rivoallan

[Image de ...]

Une chronique nouvelle qui suit la rivière des sesshin, des journées de zazen ou des initiations. Le long de ce fleuve large, tumultueux ou calme, nous croisons ou côtoyons parfois des karmas singuliers. Ce fut le cas le mois de novembre dernier dans un village à une heure de Paris…lire la suite

 

La Genmai voyage à Myanmar

par John Stevens, moine zen canadien qui vit en Birmanie

[Photo of a traditional dancer in colourful costume, in the background the author cooking rice soup]Lors de mes passages dans les monastères, le sujet de l’alimentation revenait souvent, et on m’a demandé à maintes reprises ce qu’on mangeait dans nos temples. C’est ce qui m’a donné l’idée de mettre sur pied une démonstration de cuisine itinérante axée sur la genmai, le petit déjeuné séculaire des temples zen, servi après la cérémonie consécutive au premier zazen du matin.

Le Myanmar est un pays accueillant, mais ses habitants ont indéniablement tendance à se méfier des visiteurs étrangers et à douter de leurs intentions, surtout si ces visiteurs s’adressent à des groupes ou à des congrégations. Mais en l’occurrence, quoi de plus innocent qu’un type parlant de soupe aux légumes ? Lire la suite

 



 

Poésie

 



Sebastian Nicolle

 

poems
Des poèmes

 

Aucun mot muet
après un long silence

Un pas en avant
Rien obtenu

Le champ du bonheur dans tous les pays
et dans le champ du bonheur aucun pays en vue

Le vrai chez-soi continue , se déplace toujours
et en lui repose le centre du monde

 

 

 

Ce poème a été ecrit par Sebastian Nicolle après le camp d'été 2009 à Neu Schönau dans le Nord de l'Allemagne

 


 

Uli Dietze

 

[Photo d’un petit enfant blond à bicyclette avec son père]
Laura, mon vélo+moi

 

quand le vent
soufflera sur ta tête juvénile
et sur ma vielle tête
à bicyclette

tout deviendra
un
le vent et
toi et moi

 

Uli Dietze, 44 ans, est un moine zen vivant à Tübingen, Allemagne avec sa femme et sa fille de 14 ans. Il est serrurier.

 



Peter Campbell

 

[Photo d’une louche dégoulinant de genmai (une soupe de riz servis au matin après le zazen)]
Sesshin

 

6h10
Encore noir
Un imbécile a ronflé toute la nuit
Réveillé 4 fois —

Les vagues de ses ronflements
S’écrasant et se brisant
Contre les rochers
Du petit esprit

Une montée d’énergie
Et quelques oiseaux,
Oiseaux inconnus,
Chantent leurs choses...

Et il ne sera plus imbécile bien longtemps

Odeur de la merde et de dentifrice
Et du fétide corps mâle
Et de la végétation, juste après la pluie
Et de la nuit et des douches chaudes —

Et les bruits des corps qui rassemblent leurs forces, qui soupirent,
Réticents —
Et la genmai est flottarde

Bordel.

 

Peter Campbell actuellement purge les résultats de son incompétence karmic du passé dans le très branché 20ème arrondissement de Paris, où on peut le voir en train de mentir, se vanter et vivre au-delà de ses moyens dans différents tripots et bars à vin.

 



Guy Faure

 

[Photo des lumières de néon dans la ville par nuit]
L’ombre du vide

 

L’ombre du vide cherche son chemin
à tâtons dans la ville.
Se faufiler. Doucement. Entre les scintillements.
Tout autour. Sans arrêt.
Au son du coeur.
Aux sons de la nuit de l’âme.

Jazzy jazz, viva la paz, paix du milieu de soi,
le bouddha, les yeux dans les yeux,
absent mais devant,
juste des ombres qui passent, vent devant la glace,
plein du seul vide, les étoiles dedans...

Bouddha des halots rouges,
bouddha blanc des néons qui frétillent
dans le noir mouillé des nuits d’automne,
bouddha jaune des lueurs qui avancent
dans les rues de flaques brillantes...

 

Guy Faure, 34 ans, est un moine vivant et pratiquant à Nantes. Il y peint, dessine, écrit et parfois il y cherche du travail. Il a imprimé plusieurs recueils de poèmes à ce jour : Pieds nus dans la neige, Herbes folles et béton armé, et le tout frais Les enfants doivent se sauver eux-mêmes...




 

 


-->